Asexuel : personne qui ne ressent pas le besoin d'avoir des rapports sexuels Amis-A
Nous sommes actuellement le 13 Déc 2018, 17:36

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Nouveau et présentable
Message Publié : 10 Avr 2014, 21:05 
Hors-ligne

Inscription : 31 Mars 2014, 20:30
Bonjour à tous !

Je me pseudonomme Guld, je suis enseignant, j'ai 29 ans et j'habite en Alsace.

J'ai découvert l'asexualité (et la mienne aussi pour le coup) il y a quelques temps, et en tombant sur votre forum j'ai voulu m'y inscrire pour pouvoir discuter avec des gens qui partagent la même orientation sexuelle.
Au regard de mon vécu j'ai envie de dire que mon asexualité est presque "normale". En effet, j'ai été victime de harcèlement moral pendant des années ce qui a progressivement éliminé toute attirance physique chez moi. Plus jeune j'ai été physiquement attiré par les femmes, mais depuis un énième épisode de harcèlement, je ne connais plus aucun attrait physique pour le sexe opposé depuis 5 ans.

Malheureusement ce harcèlement je le dois à ma personnalité : je suis surdoué. Alors je vous rassure tout de suite, déjà à vivre c'est pas terrible, mais en plus ça agace très facilement les autres... Du coup j'ai souffert du comportement des autres envers moi, le harcèlement a entraîné une perte d'estime de soi qui se traduit chez moi par un besoin à me mettre la barre de plus en plus haut pour pouvoir me satisfaire de moi-même.
Un exemple, je joue du piano depuis 20 ans et il y a quelques années je me suis attaqué à la 5ème symphonie de Beethoven dans le seul but d'être satisfait de mon niveau technique. Or c'est un morceau pour des gens qui sortent du conservatoire, et avec ça n'importe-quel pianiste normalement constitué peut quasiment se considérer comme un virtuose. Moi j'ai appris le piano quasiment seul, et avec ce morceau je me suis simplement considéré comme un "bon" pianiste. Vous voyez un peu le problème ?

Maintenant vous transposez ça à tous les niveaux et je vous laisse un peu imaginer...
Bilan, aujourd'hui je pense pouvoir tenir la dragée haute à la plupart de mes congénères mâles car bien que je ne fasse rien de particulier pour les séduire, j'arrive très facilement à fasciner les femmes que je fréquente au quotidien et à plaire à celles que je croise. Mais je souffre énormément de cette situation car comme je n'ai pas d'attirance physique pour elles, alors que j'ai quand même très envie d'être en couple, mes tentatives se transforment rapidement en échec.

Par conséquent je me suis inscrit sur ce forum dans le but de pouvoir discuter avec des gens qui ont la même orientation sexuelle que moi, et pourquoi pas rencontrer une personne avec laquelle bâtir une relation sérieuse.
D'ailleurs j'ai parcouru un peu le forum et je n'ai pas vu beaucoup d'annonces pour des rencontres dans l'est du pays. Est-ce que ça veut dire qu'il y a peu de gens de l'est ici ? Prouvez-moi que j'ai tort !

Au plaisir de vous lire...

Guld


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Nouveau et présentable
Message Publié : 10 Avr 2014, 21:41 
Hors-ligne
Membre fondateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Août 2008, 19:34
Sois le bienvenu parmi nous.

Pour le moment, il semblerait que nous soyons peu nombreux dans l'Est. J'ai été pendant de nombreuses années un 67, je suis à présent un peu plus à l'Ouest, un 88...

_________________
«The sex is the biggest nothing in all the times» Andy Warhol


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Nouveau et présentable
Message Publié : 11 Avr 2014, 10:46 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Jan 2013, 14:46
Bonjour et bienvenue ici !
Comme toi je suis prof, moi d'arts plastiques au collège, mais je suis à l'opposé de l'Alsace, à Bordeaux. Et toi, où enseignes-tu et quelle matière ?
En te lisant une petite question me vient : as-tu fait ou eu l'idée d'entreprendre un travail thérapeutique par rapport à cette situation de harcèlement qui t'a amené à devenir asexuel et visiblement à souffrir de cette situation ?
Je conçois bien ce que tu expliques concernant le fait d'être le sujet d'agacement de la part de personnes qui sont en fait jalouses de ton intelligence hors normalité. Je comprends bien qu'être en permanence en décalage avec les autres soit un problème pour la vie sociale.
Avoir un niveau d'exigence élevé envers soi-même oui c'est sûrement la combinaison et de ton intelligence qui te pousse à avoir besoin d'en faire toujours plus, et d'un besoin de reconnaissance. La question que tu peux te poser, est peut-être de savoir si cette situation de harcèlement n'est pas le "symptôme" de quelque chose du même ordre de plus ancien. Je veux dire, on peut devenir harcelé car on a une faille. Je ne te connais pas, mais c'est une pure supposition ou une piste de réflexion que je t'adresse. Peut-être que lorsque tu étais enfant déjà, de part ton état de surdoué, tu as vécu vis-à-vis des autres enfants une forme de harcèlement ou de mise à l'écart qui a créé chez toi le besoin d'avoir la reconnaissance des autres (leur amour)...? Bref, désolée d'être aussi indiscrète :oops: Mais du moins voilà quelques idées. :respect:
J'ai créé un sujet/sondage sur comment on a vécu/ressenti l'école...tu peux aller voir :)

Voilà, bonne participation sur ce forum !

_________________
Quiconque juge se place au-dessus des autres, est un faible par la pensée.
Le monde est complexe, il n'existe pas de réponses simples.
Aujourd'hui chacun revendique son avis sur tout. C'est l'expression de l'égo, pas de l'intelligence.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Nouveau et présentable
Message Publié : 11 Avr 2014, 13:54 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Juil 2012, 00:55
Bienvenue! :)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Nouveau et présentable
Message Publié : 11 Avr 2014, 14:20 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Mars 2014, 14:28
Bienvenue à toi Guld :D

_________________
<< Erotique toujours, pornocrate jamais.. >>

"La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance."

Maitre yoda


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Nouveau et présentable
Message Publié : 12 Avr 2014, 08:01 
Hors-ligne

Inscription : 31 Mars 2014, 20:30
Merci pour vos messages !

Ewe, pour répondre à tes questions, j'enseigne en histoire-géo à Mulhouse.
J'ai pensé à une solution thérapeutique en effet, mais jusque-là j'ai réussi à cerner les problèmes. Je pense que je vais franchir le pas car maintenant j'ai besoin de trouver des solutions. D'ailleurs j'espère pouvoir commencer à en trouver ici.

Tu l'as très bien compris, le problème de harcèlement remonte à l'enfance, et la faille dont tu parles c'est justement le fait d'être surdoué. Il faut considérer ça comme un handicap cognitif, l'hyperactivité cérébrale rend service autant qu'elle handicape. Par exemple cela permet de résoudre facilement des problèmes compliqués, mais ça rend très compliquées les choses très simples.

Je me suis donc fait harceler dès l'enfance à cause des handicapes qu'elle génère, à l'école et dans ma famille, puis au travail pendant en tout 18 ans. Le fond du problème c'est que maintenant je ne sais plus comment me faire plaisir, et à tous les niveaux. L'asexualité est juste un des niveaux.

Dans le fond, le besoin de reconnaissance je l'ai trouvé depuis déjà pas mal de temps. En société je réussis très bien, j'arrive facilement à attirer les autres vers moi, je suis très sociable aujourd'hui.

Le soucis c'est qu'il y a des choses que le harcèlement a provoqué chez moi et que je n'arrive pas à soigner. Le manque de satisfaction par rapport à soi-même, et la perte progressive de plaisir (dont l'asexualité est la conséquence), c'est le fond du problème que j'aimerai régler.

Donc je pense pouvoir déjà trouver ici des solutions pour pouvoir mieux vivre cette asexualité. Déjà en parcourant le forum j'ai trouvé pas mal d'échos par rapport à mon histoire....

D'ailleurs je n'ai pas trouvé ton sujet sur l'école, il est dans quelle section du forum ?

Merci beaucoup !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Nouveau et présentable
Message Publié : 12 Avr 2014, 11:09 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Jan 2013, 14:46
Voilà le lien sur le sondage sur l'école :
viewtopic.php?f=8&t=1440
où il est entre autre question des surdoués. Notamment au sujet du reportage que je cite qui doit pouvoir se trouver sur youtube maintenant.
Peut-être que ça aussi t'intéressera :
viewtopic.php?f=10&t=1432
viewtopic.php?f=8&t=1439

Oui tu as un peu raison en parlant de handicap. Déjà pour ce que ça créé concrètement au quotidien. De ce que je sais, le jeune enfant a au départ beaucoup plus de connexions cérébrales que par la suite. C'est donc par un processus de sélection qu'il se construit, en triant et éliminant les connexions "inutiles". C'est ainsi qu'on a tous eu bébé l'oreille absolue. Mais chez les surdoués, le trie ne se fait pas vraiment, d'où un effet de surchauffe dans le cerveau, qui entraîne à la fois des capacités décuplées et une hypersensibilité au monde, mais aussi un stress important et trop d'informations à gérer d'un coup qui fait que les choses ne sortent pas clairement à l'arrivée. C'est aussi pour ça que chez beaucoup de surdoués, on a de l'échec scolaire (et pas l'ennui comme on le disait), et des troubles du comportement car l'enfant a trop d'informations émotionnelles à gérer et il ne sait pas les interpréter. Je crois que la faille, c'est plus précisément le sentiment qui arrive très tôt, d'être différent des autres. C'est une cause d'insécurité psychique. Ne pas se situer, se sentir à part, même avant de subir le rejet des autres, c'est très déstabilisant et ça rend fragile. Je pense même que le rejet des autres est plus par rapport à cette fragilité, que par rapport à la différence elle-même. Bref, si tu trouves ce reportage, je crois qu'il t'en apprendra sur toi-même, et de plus il montre une belle expérimentation pédagogique. :)

Pour ce qui est des thérapies, il y a je crois les thérapies comportementales qui travaillent sur les déconditionnements, comme pour les addictions par exemple, ou dans ton cas je pense que c'est une bonne approche aussi. C'est vrai qu'un premier pas est de se comprendre, mais arriver à se débarrasser des réflexes qu'on a ainsi acquis, ça nécessite de se faire aider. Pour arrêter de reproduire le mécanisme qui nous a fait souffrir enfant, puisque c'est de ça qu'il s'agit.
Pour la reconnaissance, oui tu as appris à la susciter, mais peut-être ne comble-t-elle pas réellement un manque...d'amour (au sens large je veux dire).

Sinon, tu enseignes à quel niveau ?

Après une petite recherche, voilà un blog qui donne le lien vers le documentaire en question :
http://planetesurdoues.fr/index.php/a-propos/page/2/
Présentation du documentaire :
http://television.telerama.fr/tele/prog ... 068984.php
Et ceci que j'ai trouvé en même temps qui peut aussi t'intéresser, si tu ne connais pas déjà :
http://www.talentdifferent.com/le-sudon ... -2816.html

_________________
Quiconque juge se place au-dessus des autres, est un faible par la pensée.
Le monde est complexe, il n'existe pas de réponses simples.
Aujourd'hui chacun revendique son avis sur tout. C'est l'expression de l'égo, pas de l'intelligence.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Nouveau et présentable
Message Publié : 12 Avr 2014, 14:03 
Hors-ligne

Inscription : 31 Mars 2014, 20:30
J'enseigne en niveau collège, comme toi, mais dans un collège en zone éclair. Et toi ? Collège tranquille ou collège difficile ?
Je suis actuellement contractuel (et d'ailleurs je compte bien le rester), donc malgré ma faible expérience (2 ans), j'ai déjà fait 6 établissements différents et rencontré pas mal de profils d'élèves différents.

C'est dommage que tu vives aussi loin car j'aurai vraiment aimé pouvoir discuter avec toi de tout ça, tu sembles avoir un côté psychologue très développé, et c'est mon cas aussi. Mais je trouve rarement des personnes avec lesquelles pouvoir parler de mes problèmes car ils sont finalement assez difficiles à comprendre, interpréter, et de là à me proposer des solutions, il y a un monde. Par contre, comme toi j'ai très peu de mal à comprendre les problèmes des autres et à leur trouver des solutions.
C'est mon grand paradoxe, j'ai une grande capacité à rendre les gens heureux autour de moi (à commencer par mes élèves finalement), mais je suis incapable de me rendre heureux^^

Ton paragraphe sur les solutions thérapeutiques m'a beaucoup rassuré car il me semble que c'est vraiment de ça dont j'ai besoin. Tu as réussi à mettre le doigt sur ce qui pourrait être une très bonne approche pour moi, merci.
La reconnaissance que j'arrive à susciter ne comble pas un manque d'amour chez moi, tu as parfaitement raison. Et je pense que c'est en premier lieu parce-que j'ai du mal à l'accepter correctement.


Ensuite concernant les surdoués il y a plusieurs éléments qui manquent à ta vision des choses... Je m'y suis beaucoup intéressé quand j'ai découvert et accepté en être un, mais je l'ai découvert il y a très peu de temps donc je me suis surtout intéressé à ce que c'est qu'être un adulte surdoué.
Pour ce qui est de l'enfance, oui c'est la fragilité lié au handicap qui est à l'origine du harcèlement, chez moi comme chez les autres.
Par contre, et je l'ai vu en m'intéressant à mes élèves, quand on est un enfant surdoué, il existe 3 manières différentes de réagir par rapport à l'école :
_ la réussite : je l'ai constaté, beaucoup de surdoués réussissent à l'école, tout en ayant des parcours classiques. J'ai eu pas mal d'élèves surdoués qui plafonnent à 18 ou 19 de moyenne générale. Généralement ces surdoués sont très bien intégrés au reste des autres élèves, très sociaux en fin de compte, ils ont les mêmes problèmes que ceux qui ne réussissent pas mais en général l'environnement familial est tellement solide chez eux que de toute manière ils arrivent à surmonter ces difficultés pour garder confiance en eux (malgré le harcèlement qu'ils subissent eux aussi de toute manière, car c'est toujours une constante) et se donner les moyens de réussir.
_ l'échec scolaire : beaucoup de surdoués sont en échec scolaire pour deux raisons. La première se situe au niveau de leur handicap : l'hyperactivité cérébrale qui se manifeste de différentes manières (hyperactivités psychomotricienne, émotionnelle, mentale, sensorielle, imaginative, ...). Les surdoués victimes d'hyperactivité psychomotricienne sont quasi-systématiquement en échec scolaire car ils n'arrivent pas à avoir un comportement adapté à une salle de classe ce qui entraîne un rejet de l'école par l'école elle-même. Ceux-là se retrouvent à un moment ou à un autre en situation d'échec scolaire, et si les parents ne sont pas derrière pour apporter des solutions à leur enfant, ou le soutenir, ce rejet de l'école est définitif.
Ensuite beaucoup de surdoués sont réfractaires à l'enseignement classique, ce qui entraîne logiquement une situation d'échec scolaire. Cette situation peut être très pénalisante par la suite si l'enfant ne grandit pas dans un environnement familial capable de le porter (c'est à dire un environnement familial où la culture et l'éducation prennent une place importante), car cette situation entraîne logiquement un rejet de l'école.
_ l'ennui : c'est mon cas et bien que tu sembles nier leur existence, il existe bien des surdoués qui s'ennuient à l'école ! Il s'agit de surdoués réfractaires à l'enseignement classique mais qui pour X raisons ne se retrouvent pas en situation d'échec scolaire car ils ne développent pas de rejet de l'école. Me concernant, c'est le harcèlement qui m'a conduit dans cette situation, paradoxalement. J'ai connu le harcèlement à l'école et à la maison, donc je n'ai pas développé de rejet de l'école car si l'école n'a pas été un lieu sécurisant pour moi, la maison ne l'était pas non plus, donc être à la maison, ou à l'école, pour moi cela ne faisait aucune différence. Comme beaucoup de surdoués j'ai compris très tôt que l'école serait le moteur de ma réussite professionnelle. Par conséquent j'ai toujours fait le minimum syndical, plafonnant à 12 de moyenne général. J'ai réussi comme ça jusqu'à la licence, mais qu'est-ce que je me suis ennuyé !

Ainsi il est nécessaire de ne pas considérer la douance uniquement par le prisme de l'enfant surdoué. L'enfant deviendra forcément un adulte, et quand on sait que tout adulte surdoué est incapable de travailler dans son intérêt personnel, on comprend mieux pourquoi beaucoup d'enfants surdoués sont réfractaires à l'enseignement classique. L'enfant surdoué qui réussit à l'école, ne réussit que parce-qu'il y trouve son compte ailleurs finalement (satisfaire sa curiosité personnelle, faire plaisir à ses parents, ou autre...). Tous les enfants surdoués que j'ai croisé et qui brillent par leur résultats scolaires, en les interrogeant et en leur posant les bonnes questions, je me suis vite rendu compte qu'ils se foutaient complètement de leurs résultats exceptionnels, pour eux l'essentiel ne se situe pas à ce niveau là.
Maintenant pour ceux qui sont réfractaires à l'enseignement classique, la solution est à mon sens à aller chercher dans le périscolaire ou dans des situations pédagogiques différentes. Me concernant, à l'université j'ai beaucoup séché les cours pour m'investir dans des associations étudiantes. Toutes mes compétences professionnelles je les dois aujourd'hui à cette expérience car par ce biais j'ai réussi à apprendre (malgré moi) énormément de choses : mon intérêt personnel n'étant plus en jeu, le "champ des possibles" s'est peu à peu ouvert à moi^^
Concrètement aujourd'hui par mon vécu j'arrive très facilement à comprendre ce que cela implique. Professionnellement je me gave. Mes élèves m'adorent, tous les chefs d'établissement que j'ai croisé m'ont tous manifesté une estime hallucinante, j'ai été inspecté deux fois, et deux fois je m'en suis sorti avec des rapports élogieux. Après seulement 2 ans d'expérience, je sais que je suis un très bon prof, et on m'a déjà promis une brillante carrière ! Pourtant je suis incapable de réussir mon CAPES... Etudier, bachoter, pour moi c'est d'une violence vertigineuse, j'en suis incapable !
Tant pis, j'irai réussir ailleurs, de toute manière on m'a aussi promis une brillante carrière dans la culture, le social, le privé, ... bref, partout où j'ai bossé en somme^^

Enfin pour en terminer avec les surdoués, je pense qu'il est nécessaire de bien comprendre la sur-efficience mentale pour l'envisager comme un handicap. Comme le cerveau d'un surdoué est capable de tout faire, il est aussi capable de tomber dans tous les excès liés aux maladies mentales. Ainsi les surdoués sont un peu tout à la fois : maniaco-dépressifs, paranoïaques, borderlines, cyclotomiques, psychotiques, autistes (surtout les enfants), schizoïdes, bipolaires, phobiques, hyper-anxieux, hyperactifs, et victimes de TOC.
Alors, on est pas pleinement dans le handicap mental ici ?

Le surdoué a également 2 personnalités, un faux self et un vrai self. Le faux self c'est la personnalité qu'il a en public, et c'est une personnalité qui est toujours adaptée à son environnement pour mieux l'appréhender. Ainsi, le surdoué peut avoir l'air parfaitement heureux en public, et en fait être profondément dépressif intérieurement (ce qui a été mon cas à certains moments de ma vie).

Voila pourquoi le handicap est difficile à sentir pour la plupart des gens. Le surdoué est handicapé, mais lui arrive très bien à le cacher aux autres.
Mais si je me compare à des handicapés mentaux plus "classiques" (et j'ai bossé en ULIS donc j'arrive bien à appréhender la chose), je m'aperçois que si je souffre autant qu'eux de mon handicap, eux arrivent plus facilement à trouver leur bonheur car ils n'ont pas les moyens de se poser autant de questions que moi !
(Bon après je n'échangerai pas mon handicap contre le leur car ma vie sera sûrement plus intéressante que la leur, mais quand même, leur aptitude au bonheur me rend complètement... jaloux !!)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Nouveau et présentable
Message Publié : 13 Avr 2014, 12:39 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Jan 2013, 14:46
En fait, je ne suis pas du tout une spécialiste de ce sujet :) Et je te remercie des explications que tu en donnes, ça m'intéresse, comme toute chose qui touche à l'humain m'intéresse. :respect:

Au sujet de l'ennui, je ne le nie pas. Mais avant, quand on disait surdoué, on l'associait à génie, et donc on disait que tous les enfants surdoués étaient des génies qui s'ennuyaient à l'école. Or, ce n'est pas le cas unique, ni même majoritaire.

Je ne savais pas que les surdoués étaient plus facilement touchés par les maladies mentales. De même que grâce au reportage que je t'ai cité, j'ai appris qu'un enfant pouvait être surdoué et en même temps dys, ce qui ne m'aurait pas paru évident de prime abord.

Pour te répondre, j'ai le même statut que toi, et comme toi malgré une très bonne scolarité, je n'ai pas réussi à avoir ce fichu Capes, dont en plus au fond de moi je récuse l'intérêt. Je suis capable de faire face à une charge de travail très importante, ce n'est pas le problème. Mais cet enjeu m'a concrètement toujours stressé, même angoissé. C'est comme ça, dès qu'on me parle de compétition, je me sens tout à coup incapable d'y arriver, ça me démotive complètement et me donne envie de fuir. Au début j'en faisait une obsession, puis ça m'a causé une petite déprime/dépression, puis ensuite, j'ai eu de plus en plus la connaissance du métier sur le terrain et du système, et j'ai eu de moins en moins envie de devenir fonctionnaire. En fait, je trouve qu'il y a des avantages à être contractuel. Certes, on est bien moins payé, on a aucune sécurité, et on est souvent sur un fil (si toi tu as toujours eu l'estime des chefs d'établissement, tu as eu de la chance, car souvent avant de t'avoir vu on t'accueille froidement comme celui qui n'est pas à sa place, qui a voulu usurpé le système, celui qui est sous-formé, et j'en passe, en tout cas dans mon coin, le syndicalisme à outrance a complètement pourri les esprits). Mais en même temps on ne s'ennuie pas tant on voit du pays, il y a un côté stimulant du fait de changer souvent, de devoir s'adapter et se faire accepter. Au moins aussi on évite les paniers de crabes, les clans et autres choses qui se passent entre collègues. Et puis, pour ma part, ça m'a évité le fameux système des mutations, que je trouve parfaitement insupportable et même inhumain.
J'enseigne en tout depuis 9 ans, avec une interruption de trois ans pendant lesquelles j'ai repris mes études dans une autre direction et exercé en suivant un métier autre jusqu'à ce qu'un dépôt de bilan fasse tout cesser, et que je me redirige à nouveau vers l'enseignement.
Au début j'ai eu des remplacements de 6 mois, puis très vite j'ai fait des années scolaires complètes, sur plusieurs établissements en même temps souvent. J'ai aussi passé 4 ans en lycée professionnel (le même), ce qui n'était pas des plus gratifiant mais instructif sur un autre plan. J'ai été dans des établissements radicalement différents, des moyens, des durs, des bourges, j'ai eu des ULIS, des SEGPA, des cassés de la vie, des petits bourges qui se la pètent, de tout quoi.
Je me suis faite toute seule en tant que prof, essentiellement en analysant le décalage entre mes attentes et les résultats et en observant beaucoup les élèves. La préparation du CAPES ne m'a jamais rien appris. De même que j'ai eu accès aux cours d'IUFM post concours car une amie a eu le concours et on bossait souvent ensemble, moi vacataire, elle stagiaire. Et j'ai trouvé comme elle cela complètement éloigné du terrain, en grande partie inutile et inexistant dans certains domaines pourtant essentiels comme la psychologie de l'adolescent. Je pense beaucoup de mal de la formation des enseignants. Peut être y aura-t-il à l'avenir des changements, quand je vois le nouveau référentiel des compétences de juin dernier, j'en rêve un peu. Mais bon on sait comment fonctionne l'EN.
Actuellement, j'envisage très sérieusement de reprendre mes études tout en continuant de travailler. Mon objectif est un master en sciences de l'éducation. Mais je dois d'abord passer par la licence (3e année) car je n'ai pas de bases dans ce domaine. Je trouve que ces études-là devraient être intégrées à la formation des enseignants. D'ailleurs, quand on lit les plaquettes de présentation des formations, on voit que l'un des publics visés c'est les enseignants qui souhaitent approfondir la vision de leur métier. Oui c'est bien une de mes motivations en effet.

_________________
Quiconque juge se place au-dessus des autres, est un faible par la pensée.
Le monde est complexe, il n'existe pas de réponses simples.
Aujourd'hui chacun revendique son avis sur tout. C'est l'expression de l'égo, pas de l'intelligence.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Nouveau et présentable
Message Publié : 14 Avr 2014, 10:48 
Hors-ligne

Inscription : 26 Mai 2013, 16:49
Salut Guld,

Je pense que tu ne devrais pas tout analyser à travers le prisme du HPI.
Un certain nombre de choses que tu as vécues dans ton existence je les ai vécues moi aussi alors que je ne suis pas surdouée.

Ton problème principal, si je résume, est que tu n'es pas heureux. A te lire, j'ai le sentiment qu'aucun de tes acquis (succès et plébiscite professionnels, atteinte de tes objectifs non professionnels) ne te satisfait jamais.
J'ajouterai que ta constante recherche de la performance n'est pas vécue comme un plaisir (ça le devrait pourtant) puisque tu décris ça comme une enième démonstration de ta différence avec le commun des mortels.

Pourquoi est-ce important de te comparer aux autres ? Faut-il que tes perspectives soient calquées sur leurs exigences ou les limitations qu'ils t'imposent ? Et tout d'abord tu ne connais pas le tiers du quart de ce que les autres vivent ou pensent alors à quoi crois tu te référer vraiment ? De qui et par rapport à quoi attends-tu de la reconnaissance et ça changerait quoi au final puisque toi-même tu pousses le bouchon à chaque fois plus loin ; c'est un mécanisme interminable.

Mon conseil : oublie deux secondes ton entourage et replonge dans la 5e symphonie. C'est, je crois, un excellent fil conducteur.
Qu'as-tu ressenti lorsque tu l'as jouée "comme il faut", et les fois suivantes ? Quels sont les morceaux que tu joues sans te jeter de défi technique et qui te font du bien ? Recentre-toi sur tes émotions, et sélectionne uniquement celles qui te font frétiller.

Au fait pourquoi tu aimes ton métier et pourquoi cette matière plutôt qu'une autre ? Cela m'a interpellé je l'avoue: un gars qui trouve l'éducation traditionnelle inadaptée à sa propre personne, qui malgré tout décide d'y faire carrière.
Cela a un petit goût de revanche, de révolution/détricotage discret du système.
Néanmoins, ce que tu donnes de toi (cette autre vision de l'éducation) produit un autre effet : tes élèves semblent apprécier ta méthode de travail.
Qu'est-ce que tu aimes dans cette interaction ? Est-ce la façon dont leur esprit se développe ? Susciter une prise de conscience afin de forger une société meilleure (sèmes tu des petites graines Guld) ? Y'a-t-il enfin des réactions chez eux qui te surprennent et qui te poussent à remettre en question ta propre perception du monde ?

Bonne cogitation. :)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
cron

Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisUtiliser phpBB avec un certificat SSL