Asexuel : personne qui ne ressent pas le besoin d'avoir des rapports sexuels Amis-A
Nous sommes actuellement le 20 Nov 2018, 01:36

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 17 Fév 2013, 08:44 
Hors-ligne

Inscription : 16 Fév 2013, 22:54
Bonsoir à toutes et tous.

J'ai découvert votre forum hier et me suis inscrit aujourd'hui... Bien sûr, avant de poster, j'ai essayé de lire différentes contributions, des échanges ; je suis d'ailleurs assez content d'avoir pu vous lire, j'y ai appris pas mal de choses sur les A et les S (certes, je devrais maitriser le sujet, mais nous verrons cela plus loin !)
Deux sujets m'ont donné un peu plus envie de participer que les autres, particulièrement "comment vivez vous votre asexualité ?"

Mais avant de poser quelques questions, de lancer quelques échanges, je vais essayer de me présenter un peu. je sais par avance que ce post va être long, qu'il a un maximum de chances de ne pas être lu et de n'avoir que peu de réponses... mais j'ai tant besoin de laisser un peu sortir tout cela de moi... tant pis je me lance.

Je viens de passer la quarantaine, taille moyenne, poids moyen, CSP moyenne... bref, quelqu'un de banal en somme. Mais en ce moment, je suis si mal...
Je suis (j'étais) ce que vous appelez un S... en couple avec Mme A...

J'ai été un ado très timide, qui n'osait pas vraiment aller vers les autres, par manque de confiance en moi... alors les filles, n'en parlons pas. J'ai donc eu mes premières amours sur le tard, vers 18 ans. A cet age là, bien sûr, les premières relations sexuelles ont rapidement suivi ; d'ailleurs je trouvait cela tellement génial que j'y ai mis pas mal d'application, au point de rattraper mon "retard" et d'avoir donc, entre 20 et 25 ans, une vie sexuelle "normale" :oops:

Aïe Aïe, je déteste ce mot... normal(e)... quelle horreur, quel vilain concept que celui de "normalité" ! Il est si important pour moi de reconnaitre à tous le droit d'être autre : hétéro ou homo, gros ou pas, croyant ou laïc, coincé ou fêtard, pinard ou pétard, fromage ou dessert, A ou S, Hyper ou hypo... le plus important, c'est de coexister en harmonie avec l'autre, le comprendre même sans forcément partager ou mieux partager mais sans forcer. Comme le disais Brassens : Heureux celui qui, comme idéal sacrosaint, se borne à ne pas trop emmerder son voisin...

J'ai donc rencontré ma moitié
le scenario, vous le connaissez : Je suis plutôt S, elle est A... Je crois.
L'incompréhension des débuts laisse vite place à un non-dit qui depuis a un peu tout gangréné !
Comme beaucoup de S, j'ai fait l'erreur de croire à un "problème" avec une solution ; en vous lisant sur le forum, j'ai compris que pour bon nombre d'entre vous, il n'y a pas de problème et que vous le vivez plutôt bien ; et je pense que c'est également le cas de ma compagne. et bien sûr, je peux le comprendre.
Mais le A doit aussi comprendre un peu ce que ressent le S... Perte de confiance, sentiment de rejet de soi (elle me dit qu'avant moi tout était "normal" d'où culpabilité), un vrai manque physique aussi (au bout de deux ans sans rien de rien...).
Tout est donc allé de mal en pis, et petit à petit (avec des phases... sur quinze ans vous vous en doutez !) je n'ai plus relancé (ouf enfin ! doit-elle se dire), le sujet n'est même plus abordé (pourquoi faire, on arrive jamais à rien, autant économiser deux ou trois heures de discussion)...
Elle sait que je reste et resterai pour les enfants... Je suis donc devenu un "A contraint" : je n'ai plus le désir de ce que je sais ne pas pouvoir obtenir d'elle ; je ne la trompe pas car ce n'est pas dans mes valeurs (je suis S, mais pas au point de baiser pour baiser...) et j'ai une confiance en moi niveau zéro ; au bout de ce régime sec, ne suis-je pas devenu un handicapé sur ce point là ? (pas un bon coup en tout cas)
Un des sens de mon message, serait donc de toujours penser à l'autre : être honnête envers lui (elle) et lui mettre toutes les cartes en mains, quitte à le voir partir... plutôt que de le briser. Contraindre l'autre à devenir A (par l'usure du temps) est sans doute aussi violent qu'un S qui contraint un A à avoir des relations sexuelles...

Prenez soin de vous... et de l'Autre (qu'il soit A, S, hyper, hypo, blanc noir ou différent...)


Dernière édition par uranus le 20 Fév 2013, 13:08, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
Message Publié : 17 Fév 2013, 12:08 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Juil 2012, 00:55
Tout d'abord bienvenue sur le forum ^^

uranus a écrit :
Comme beaucoup de S, j'ai fait l'erreur de croire à un "problème" avec une solution ; en vous lisant sur le forum, j'ai compris que pour bon nombre d'entre vous, il n'y a pas de problème et que vous le vivez plutôt bien ; et je pense que c'est également le cas de ma compagne. et bien sûr, je peux le comprendre.
Mais le A doit aussi comprendre un peu ce que ressent le S...

Je pense que A comme S, nous comprenons tous un peu ce que ressent l'autre, sans jamais le comprendre vraiment...

Bref, je ne sais trop que dire de tout ça, je suis encore jeune et "inexpérimentée"... La situation ne doit pas être facile; quoiqu'il en advienne j'espère sincèrement que ça ira mieux, au moins intérieurement.


PS: joli message à la fin !
uranus a écrit :
Prenez soin de vous... et de l'Autre (qu'il soit A, S, hyper, hypo, blanc noir ou différent...)

:respect:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 17 Fév 2013, 12:38 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Fév 2012, 10:15
Localisation : Moselle
Sois le bienvenue sur ce forum uranus

_________________
C’est trop injuste


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 17 Fév 2013, 13:55 
Hors-ligne
Membre fondateur

Inscription : 22 Août 2008, 19:32
Bonjour Uranus,
Tout d'abord, c'est dommage que tu n'aies pas très confiance en toi parce qu'on peut voir dans ton texte beaucoup de qualités qui sont de plus en plus rares. Notamment le respect et l'empathie pour l'autre.
Comme tu le sais à présent, et je pense que nous en avons tous conscience, la relation A et S est une souffrance pour les deux. Et de plus les souffrances sont interactives, ce qui fait qu'aucun des deux ne peut aider l'autre sans accentuer sa propre souffrance et qu'aucun des deux ne peut être aidé par l'autre sans savoir qu'il accentue cette souffrance. S'il ne triche pas ou s'il n'est pas totalement ignorant, évidemment.
C'est bien pour cette raison qu'il est très difficile de trouver une solution.
Mais tout problème a une solution, donc elle existe obligatoirement.
Si je peux te conseiller, je te conseillerais de reprendre quand même le dialogue avec ta femme, mais dans une autre direction. Celle de trouver une solution qui vous satisfasse tous les deux.
Par exemple, que se passerait-il si tu avais des relations sexuelles avec d'autres femmes, autant pour ta femme que pour toi, mais sans te cacher de ta femme ? Peut-être même en instaurant une sorte de complicité.
Tu pourrais ainsi réserver pour ta femme une relation privilégiée faite du partage de quelque chose que vous aimez tous les deux, comme des randonnées, de la musique, des calins. Si elle sait qu'il n'y aura pas de relation sexuelle, vous pourrez même peut-être y inclure de la sensualité et de l'érotisme. Il y a des méthodes qui s'apprennent et qu'on peut même apprendre à deux. Les relations sexuelles à côté, c'est de la gnognotte. :D
Je sais, ce n'est pas aussi simple, parce que certains S ne désirent que leurs femmes et certaines femmes A n'acceptent pas que leurs hommes aient des relations avec d'autres femmes.
Mais c'est quand même une possibilité.
Et il y en a certainement d'autres.
Le fait que l'un s'abtienne par obligation ou que l'autre se fasse casseroler aussi par obligation constitue les deux extrêmes de la totalité des solutions. Mais dans toutes les solutions entre les deux, il y en a une obligatoirement qui va vous convenir à tous les deux. Déjà ce sera un partage que de la chercher. :bise:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 18 Fév 2013, 00:23 
Hors-ligne
Rédacteur / rédactrice
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Août 2008, 19:31
uranus a écrit :
...et vous avez tous les ingrédients de la belle dépression qui va mal finir !!
Tout est donc allé de mal en pis, et petit à petit (avec des phases... sur quinze ans vous vous en doutez !) je n'ai plus relancé (ouf enfin ! doit-elle se dire), le sujet n'est même plus abordé (pourquoi faire, on arrive jamais à rien, autant économiser deux ou trois heures de discussion)...
Elle sait que je reste et resterai pour les enfants... Je suis donc devenu un "A contraint" : je n'ai plus le désir de ce que je sais ne pas pouvoir obtenir d'elle ; je ne la trompe pas car ce n'est pas dans mes valeurs (je suis S, mais pas au point de baiser pour baiser...) et j'ai une confiance en moi niveau zéro ; au bout de quinze ans ce régime sec, ne suis-je pas devenu un handicapé sur ce point là ? (pas un bon coup en tout cas)
.....Pour le moment, je reste pour les enfants qui ont besoin de leurs parents, on joue très bien notre rôle ("tout va très bien madame la marquise !!!")... mais j'en souffre beaucoup... jusqu'à quand ? jusqu'où peut on descendre ?


Bonjour Uranus

Jusqu'où peut-on descendre ? dis-tu :gratte: Rester pour les enfants ?
De mon expérience de voir les autres, j'ai envie de brandir le panneau "attention danger" ! N'importe quelle frustration dans une relation pour l'un des partenaires est la porte ouverte à un éclatement, voir une explosion :(
On n'a qu'une vie et un jour ou l'autre, on peut vouloir se libérer d'une "souffrance " qu'on a emmagasinée année après année et là, ça risque de faire mal.

Aujourd'hui, tu viens de découvrir le forum. Tu m'as l'air très compréhensif de vos différences. Pourquoi ne pas essayer de parler à ton épouse ? se reconnaitra-t-elle dans la définition de l'asexualité, du moins une de ses composantes ?
Vous avez deux enfants... Que s'est-il passé pour en arriver là ?
L'essentiel est de mettre les choses à plat doucement et de tenter de comprendre, non ?? et c'est après que vous pourrez tenter de trouver des solutions.. si les sentiments existent encore...

Courage...on n'arrête pas de nous déclarer que le sexe est un élément primordial dans un couple mais c'est sidérant de voir que les couples ont un mal fou à évoquer le sujet et à essayer de comprendre l'autre et peut-être se comprendre soi-même. Personne est coupable dans l'histoire, c'est juste une question d'entente et d'harmonie , non ?? et chacun a sa propre histoire, c'est difficile de donner une solution mais ça vaut peut-être le coup d'essayer ...


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 18 Fév 2013, 13:05 
Hors-ligne

Inscription : 16 Fév 2013, 22:54
Bonjour,

Tout d'abord, merci de vos réponses ; chaque échange fait un peu de bien...

Brigadoon a écrit :
je te conseillerais de reprendre quand même le dialogue avec ta femme, mais dans une autre direction.

Le problème sera alors de trouver la direction adéquate... je pense avoir essayer tous les angles d'attaque. J'ai eu ma période "je fais la gueule" (mais ça ne marchait pas, je suis quelqu'un d'assez joyeux et le rôle est alors difficile à tenir), ma période "tu te rends compte le mal que tu me fais" (mais faire culpabiliser l'autre, c'est cruel et inefficace), ma période "j'ai rencontré une vieille copine trop sympa qui vient de divorcer" (mais c'est faux et en plus, la jalousie ne la fait pas réagir dans le bon sens...).
On est allé voir un thérapeute qui nous a donné les conseils habituels pour les couples S<->S qui ne vont pas bien : etre plus calin, plus attentif, plus doux... et pourtant je ne suis pas vraiment le macho-man de base (même si ce n'est pas une critique pour les machos qui me liront ;) )... mais bon rien n'y a fait !
J'ai bien entr'apperçu parfois des améliorations ("tiens cette année... trois fois... record !!) mais jamais de vrai pas en avant.
C'est sans doute cela qui me pousse à ne plus y croire... un peu naïf sur les bords, l'envie d'y croire (méthode coué, ça va aller, ça va aller, ça va aller...) ont fait que le plus souvent, j'y ai cru, j'ai été déçu et ça fait mal...
Là, je crois que je n'y arrive plus !

Brigadoon a écrit :
que se passerait-il si tu avais des relations sexuelles avec d'autres femmes


Je n'y pense même pas ; je ne pense pas que ce soit viable. Il faudrait déjà que je trouve une charmante qui accepte de ne jouer QUE le rôle de la maitresse... pas évident. On est pas tous A mais on en est pour autant pas tous hyper-S-échangisto-libertins ! ;) Là encore, le respect de l'Autre suppose que tu préviennes la personne. Non je ne quitterai pas mes enfants pour un "bon coup"
En plus, je ne sais même plus si je pourrais avoir une relation sexuelle normale... c'est comme un sport, tu ne peux pas être au niveau en ne pratiquant pas... Sur vingt ans de vie sexuelle, quinze ont été un peu spéciaux... comment me réadapter maintenant ? (la vraie question étant dois-je essayer de me réadapter ou attendre que je suis devenu moi aussi un "A qui le vit bien")


Tifenn a écrit :
j'ai envie de brandir le panneau "attention danger"

Pas besoin, je me le suis fait tatouer sur le front ! :o:


Tifenn a écrit :
On n'a qu'une vie et un jour ou l'autre

En effet Et c'est ce qui m'amène à penser que, même s'il n'y aura pas d'explosion (soyons raisonnables), je vais sans doute changer de vie dans les années à venir. Je ne veux pas finir comme cela !

Peut-être cette solution sera t elle plus salvatrice pour elle que pour moi. Je me pose d'ailleurs souvent la question, même encore maintenant : le problème ne vient-il pas de moi tout simplement ? Puisqu'elle me dit n'avoir pas eu ce genre de souci avec ses partenaires précédents...
Quoi qu'il en soit, je ne vois plus de piste d'amélioration, le quotidien difficile vient encore plomber un peu plus une situation que ne bouge plus depuis longtemps...
Tout cela me demande tellement d'énergie, et je suis siiiiii fatiguééééé de tout ça... je voudrais juste une vie toute simple...


Dernière édition par uranus le 20 Fév 2013, 13:10, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
Message Publié : 18 Fév 2013, 13:09 
Hors-ligne

Inscription : 16 Fév 2013, 22:54
111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 21 Fév 2013, 23:50 
Hors-ligne

Inscription : 19 Fév 2013, 09:50
bonsoir

votre témoignage est très émouvant. Je pense que vous devez au contraire en parler avec votre femme que vous respectez beaucoup. Vous avez le droit de divorcer comme elle a le droit de ne pas aimer la sexualité. Je suis un peu comme elle, j'aime donner de l'affection à mon mari, mais le reste vraiment, ce n'est pas mon truc...même si parfois cela m'envahit terriblement. Au fond, je suis une S qui voudrait tellement être une A !!

En ce qui vous concerne, votre frustration a l'air trop forte, vous n'êtes d'évidence pas bien. Si elle vous apprécie, elle doit pouvoir comprendre ce que vous ressentez.

adelaide


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
cron

Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisUtiliser phpBB avec un certificat SSL