forum-asexuel.fr
http://forum-asexuel.fr/

Le coït, une aberration totale
http://forum-asexuel.fr/viewtopic.php?f=8&t=1086
Page 3 sur 6

Auteur :  Alic [ 30 Mars 2013, 22:02 ]
Sujet du message :  Re: Le coït, une aberration totale

Greenwitch a écrit :
En même temps, je crois qu'on est pas le genre de public qui pourra prouver que les femmes S ressentent systématiquement envie et plaisir lorsqu'elles font l'amour.
Vais mener une enquête...

Bien sûr que non toutes les femmes ne ressentent pas systématiquement envie et plaisir. Par contre ce qui est sûr, c'est que les femmes S qui aiment faire l'amour oui, il y en a, et ça ne leur pose aucun problème d'identité. Mais le ton volontairement polémique de l'article laisse supposer une théorie du complot absurde, comme s'il fallait culpabiliser les femmes qui font l'amour par plaisir, ou bien faire comme si elles n'existaient pas.

C'est encore une chose qui m'agace chez les féministes quand elles croient parler au nom de toutes les femmes.

Greenwitch a écrit :
Elle remet juste la revendication cliché des premières féministes ("chouette, on a la pilule") au placard.

Les premières féministes militaient pour la liberté de choisir (avoir un enfant ou pas). Liberté est le premier mot à utiliser quand on parle d'égalité des sexes or, ici, on a juste un pamphlet voulant faire passer les propres frustrations de l'auteur pour une généralité. :hausse:

Auteur :  John Carter [ 31 Mars 2013, 01:23 ]
Sujet du message :  Re: Le coït, une aberration totale

La suite, ici :

http://jeputrefielepatriarcat.wordpress ... omment-226

Auteur :  Alic [ 31 Mars 2013, 01:36 ]
Sujet du message :  Re: Le coït, une aberration totale

C'est ce que je dis : elle a de la m... dans la tête la pauvre, arrête de l'enfoncer encore plus avec d'autres liens. :mrgreen:

Cette fois je m'abstiens d'argumenter car ce tas d'inepties parle de lui même, en plus, elle confirme ce que je disais précédemment sur son complexe de ne pas être un homme.

Au puis si tiens, voilà de quoi je parle quand je dis que ce tas d'inepties parle de lui même (exemple) :

Citer :
...le patriarcat consiste d’abord et avant tout en le fait que les hommes soumettent les femmes de façon permanente et régulière au Pénis dans le Vagin, dans le but de forcer la reproduction d’humains mâles, et accessoirement de nouvelles reproductrices d’humains mâles.

Sans commentaires :mrgreen:

Auteur :  Piccolo [ 31 Mars 2013, 01:44 ]
Sujet du message :  Re: Le coït, une aberration totale

J'avoue que ta référence à Freud prend tout son sens, par rapport au phallus, même si en temps normal je trouve la psychanalyse freudienne parfois assez grotesque.

C'est vrai qu'elle va un peu loin dans son délire, mais bon en même temps je ne suis pas une femme donc je ne peux pas trop juger non plus.

Auteur :  Alic [ 31 Mars 2013, 01:48 ]
Sujet du message :  Re: Le coït, une aberration totale

Bah moi aussi je déteste les théories de Freud, mais il a quand même du dire 2 ou 3 trucs intelligents dans sa vie. :mrgreen:

Auteur :  Tifenn [ 31 Mars 2013, 02:05 ]
Sujet du message :  Re: Le coït, une aberration totale

Au début, je n'avais pas trop envie de lire ... (vu vos commentaires et le titre du post) et puis bon, soyons curieuse :confus

je n'ai pas été jusqu'au bout car franchement, ça me saoule :roll: je n'y ai lu que de la haine envers les hommes :shock:
Alors peut-être pas une femme frustrée, mais peut-être une femme malheureuse, qui a souffert ou vu souffrir et qui est tombée dans l'excés inverse.

Auteur :  Brigadoon [ 31 Mars 2013, 02:11 ]
Sujet du message :  Re: Le coït, une aberration totale

C'est vrai qu'il y a quand même quelque chose que je ne comprends pas. Elle parle du PDV comme une pratique qui serait obligatoire pour toutes les femmes et de manière continuelle. Je persiste à dire, et à croire, que n'importe quelle femme peut dire non et s'abstenir. Dormir, boire, ou manger, ça c'est obligatoire. Mais le coït, c'est un choix. Si le choix de refuser n'est pas respecté, là, c'est du viol.
Je veux bien qu'on m'explique que j'ai tort. :respect:

Auteur :  Piccolo [ 31 Mars 2013, 02:19 ]
Sujet du message :  Re: Le coït, une aberration totale

Faut dire que c'est compliqué avec les femmes vu qu'elles disent toujours le contraire de ce qu'elles pensent. :D

Après elle peuvent dire "oui" sans le désirer réellement pour autant. Pas vraiment du viol au sens où c'est consenti, mais...

Auteur :  Achimera [ 31 Mars 2013, 05:24 ]
Sujet du message :  Re: Le coït, une aberration totale

J'ai parcouru les deux messages, et je trouve les commentaires du premier article plus intéressants :D
j'ai l'impression qu'elle s'appuie sur les théories du féminisme, (voire du genre) qui postulent que l'hétérosexualité instaurée comme norme, et seule sexualité envisageable pendant longtemps, ainsi que l'institution du mariage est un outil de domination dont les premières relations de pouvoirs se traduisent par les relations entre hommes et femmes, ou plus exactement, masculins/ féminin( c'est pas récent comme idée, je crois, en tous cas..); c'est là que l'on rejoint les théories du genre comme rôle construit socialement, et que le masculin/féminin, et les relations qui en découlent, n'auraient pas forcément des fondements biologiques.Selon ces théories, il s'agirait de construit social, qu'ensuite l'on légitimise dans le sens des dominants par "naturalisation", ouamalgame à des propriétés "essentialistes" supposées "naturelles".



Mais je trouve, elle répète un peu un discours en boucle, et quand des personnes lui soumettent des arguments contraires à ses idées, elle ne les explore pas ( la pénétration dans d'autres sexualités) et clot le debat( préférant marteler un laius à mon sens).C'est dommage.

Poussé à cet extrème, je dois dire que ce sont ses propos qui me semblent un peu "aberrants"; du type " il faut" cesser le pdv "sans appel," et de-heterosexualiser( les gens font ce qu'ils veulent, hommes et femmes.).
Ou encore quand elle rappelle très souvent que même si on veut bel et bien procréer on est pas obligé de pratiquer lacte pdv, là c'est un peu de l'acharnement prosélyte, je trouve( puis même le passage sur la pilule me semble "gros" pour moi.. ), même si c'est toujours bien de pouvoir lire des textes qui vont au moins autant à contresens de ce qui se matraque tous mes jours.
Elle ne dit pas non plus que des choses extrèmes ( les passages sur les risques dus à la sexualité qu'encourent les femmes qui ne seraient pas pris par un homme hetéro pour son plaisir, le fait que le " pdv", soit peut-etre pas une sexualité basé sur les desIrs des femmes, le fait que la pénétration ait un sens péjoratif pour les mêmes homes hétéros.( d'ailleurs pour rester dans le féminisme, il y a l'idée de la devaluation des activités et compétences par le sexe : les femmes auraient des compétences jugées souvent "naturelles" , comme par ex, l'éducation des enfants, donc pas de vraies compétences, ce qui serait un reliquat de répartition des taches Etc), mais je me demande si elle ne déforme pas certaines infos par moments.. (en résumé, je vais m'informer mieux sur certains propos qu'elle a écrit )

Auteur :  Alic [ 31 Mars 2013, 21:15 ]
Sujet du message :  Re: Le coït, une aberration totale

Achimera a écrit :
j'ai l'impression qu'elle s'appuie sur les théories du féminisme, (voire du genre) qui postulent que l'hétérosexualité instaurée comme norme, et seule sexualité envisageable pendant longtemps, ainsi que l'institution du mariage est un outil de domination dont les premières relations de pouvoirs se traduisent par les relations entre hommes et femmes, ou plus exactement, masculins/ féminin( c'est pas récent comme idée, je crois, en tous cas..); c'est là que l'on rejoint les théories du genre comme rôle construit socialement, et que le masculin/féminin, et les relations qui en découlent, n'auraient pas forcément des fondements biologiques.Selon ces théories, il s'agirait de construit social, qu'ensuite l'on légitimise dans le sens des dominants par "naturalisation", ouamalgame à des propriétés "essentialistes" supposées "naturelles".


Ouaou. Tu as fais des études de sociologie ou de psychologie ? :o:
Oui, il y a le fameux débat entre la féminité acquise ou innée qu'il y a eu il n'y a pas longtemps dans l'éducation nationale... Il est clair que la société font l'homme et la femme. C'est sûr que la fille bébé ne naît pas avec des talons hauts. :mrgreen:

Oui je suis d'accord on a bien dans ce blog quelqu'un qui persiste dans "l'acharnement prosélyte" (et dogmatique).

Ca me rappelle les blogs des féministes radicales du courant "féminisme combattant". Inutile que je vous mette des liens car tous ces blogs ont été interdits et effacés du web (comme quoi la loi sur le net existe car elles on dirait bien qu'elles ont complètement disparu du web, ce qui n'était pas le cas il y a deux ans). Le "féminisme combattant" s'inspire de l'auteur(e?) qui a écrit un "roman" où les hommes sont une espèce inférieure à soumettre. Des féministes ont cru bon de s'en inspirer... on avait bien dans ces blogs la notion de "race supérieure féminine". Mais ont elles vraiment disparu ? Quand on lit ce blog on en est pas loin...

On a de tout dans le féminisme, même le féminisme qui mélange le droit des femmes avec celui des animaux, ou le féminisme pro-sexe, qui s'oppose à celui qui est décrit dans le blog de ce topic...

Page 3 sur 6 Le fuseau horaire est UTC+2 heures
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
http://www.phpbb.com/