Asexuel : personne qui ne ressent pas le besoin d'avoir des rapports sexuels Amis-A
Nous sommes actuellement le 19 Jan 2018, 01:35

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 23 Nov 2010, 03:19 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Déc 2009, 22:28
Des découvertes récentes mais encore peu connues du grand public ont bousculé le monde de la génétique ces dernières années.

On a découvert récemment que les "switchs", partie de l'ADN qu'on pensait inactive, avaient en réalité un rôle d'activation ou de désactivation sur les parties codantes des gènes : les switchs agissent donc comme une "console de mixage" qui permet de monter plus ou moins le "volume" de certains gènes.

La découverte de l'importance des switchs est une grande avancée car cela explique pourquoi de nombreuses espèces ont une morphologie si différente alors que leur ADN est quasiment identique.

Les théories sur l'évolution s'en trouvent toutes chamboulées... car auparavant on expliquait que l'évolution se faisait uniquement par mutations. Les switchs, eux, viennent nous dire que chaque être vivant a le "potentiel" de développer la caractéristique d'une espèce voisine, vu que beaucoup d'espèces ont la quasi totalité de leur gènes en commun, la différence se faisant par activation sous certaines conditions.

On ne sait pas encore comment agissent ces switchs mais on a pu découvrir, par exemple, pourquoi certains oiseaux d'espèces voisines ont des becs très longs et d'autres beaucoup moins : c'est le même gène qui agit, mais il est tout simplement activé plus tardivement lors du développement de l'embryon de l'espèce au bec plus court.
Ainsi, on a observé que d'une génération à l'autre, des pinsons qui naissaient sur une île regorgeant de graines développent un bec court et robuste, alors que sur une île avec une terre riche en insectes, les spécimens de la même espèce naissent avec un bec plus long et plus fin permettant de creuser. Autrement dit, dans ce cas précis, c'est l'environnement qui influe sur l'activation des gènes en question.


Certains chercheurs ont même montré qu'on pouvait modifier au quotidien le comportement des switchs avec l'alimentation ou même l'humeur.

Pour moi, cela montre que même ce qui est le plus inné, c'est à dire, notre matériel génétique, est modifiable et dépend de l'environnement.

On a pas encore de démonstration irréfutable bien sûr concernant des sujets comme l'origine de l'orientation sexuelle. Mais ces dernières découvertes permettent de s'autoriser de penser beaucoup plus de choses qu'auparavant.

Voici un lien vers un article de l'Université du Québec à Montréal sur ce sujet :
http://www.er.uqam.ca/nobel/m116414/con ... ionnel.htm
Le site ne paye pas de mine mais les informations sont plutôt bien décrites.


Dernière édition par Alic le 05 Avr 2011, 22:20, édité 4 fois.

Haut
 Profil  
 
Message Publié : 23 Nov 2010, 12:25 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Sep 2010, 15:08
Localisation : Gers - Midi Pyrénées
C'est intéressant cela explique mieux l'adaptabilité des espèces vivantes à leur leur milieu biologique mais n'apporte aucune esquisse de réponse à la question primordiale: pourquoi la vie plutôt que rien? Pourquoi cette fantastique organisation de la matière? Dans quel but?
Cela explique comment les éléments de la vie peuvent s'articuler mais pas pourquoi ils existent; :gratte: :gratte:
Le problème de la biochimie c'est de ne pas rechercher le lient qui existe entre la vie et la matière qui l'a engendrée.

_________________
On s'ennuie très vite lorsque on ne s'occupe que de soi.
Une vie ne suffit pas lorsque on s'occupe des autres.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 23 Nov 2010, 13:35 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Déc 2009, 22:28
Cela ne répond pas à la question du pourquoi de l'apparition de la vie en effet mais lève le voile sur beaucoup d'autre choses.
:respect:
J'ai rajouté un lien vers le site de l'Université du Québec à Montréal.

Beaucoup de sources d'informations sur ce sujet sont incompréhensibles pour un non initié mais là, l'article est vraiment bien fait je trouve. (bon, le site en lui même n'est pas très beau mais ce n'est pas étonnant pour un site web universitaire. :D )

On y voit la description du switch permanent et du switch transitoire, le permanent serait donc transmissible tandis que le transitoire cesse son influence quand la condition qui l'a activé disparait (le stress par exemple, ce qui explique certaines maladies ou adaptations de l'organisme à l'effort etc...)

La partie "Utilisation du lactose par E.coli" montre bien l'adaptation à l'environnement du développement de la vie : une bactérie développe la capacité de digérer le lactose en fonction de la présence ou non de ce glucide dans son milieu de croissance...

Il y a eu aussi un docu sur Arte "Ce que Darwin ne savait pas encore" qui parlait plus ou moins bien des switchs.
http://videos.arte.tv/fr/videos/ce_que_ ... 85556.html
Ce n'est pas un docu très bien fait je trouve car il reste encore empétré dans les anciennes théories au début.
Mais dans ce docu comme ailleurs, il est intéressant de constater que personne n'ose encore dire que cela tranche le débat en faveur de Lamarck dans la polémique qui a opposé lamarckiens et darwiniens. (Lamarck disait que l'évolution était liée prioritairement au milieu plutôt qu'à la selection naturelle)

:respect:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 03 Avr 2011, 22:14 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Déc 2009, 22:28
Oui j'oubliais de dire que cette discipline s'appelle l'épigénétique... :D
voici la meilleure définition de l'épigénétique que j'ai trouvé :
« On peut sans doute comparer la distinction entre la génétique et l’épigénétique à la différence entre l’écriture d’un livre et sa lecture. Une fois que le livre est écrit, le texte (les gènes ou l’information stockée sous forme d’ADN) seront les mêmes dans tous les exemplaires distribués au public. Cependant, chaque lecteur d’un livre donné aura une interprétation légèrement différente de l’histoire, qui suscitera en lui des émotions et des projections personnelles au fil des chapitres. D’une manière très comparable, l’épigénétique permettrait plusieurs lectures d’une matrice fixe (le livre ou le code génétique), donnant lieu à diverses interprétations, selon les conditions dans lesquelles on interroge cette matrice. »
Thomas Jenuwein


une autre étude qui montre qu'un gène peut être modifié en fonction de l'environnement à partir de l'exemple bien connu des plantes :
L’épigénétique fournit également au matériel génétique un moyen de réagir à l’évolution des conditions environnementales. Bien que les plantes n’aient ni système nerveux ni cerveau, leurs cellules ont la faculté de mémoriser les changements saisonniers. Chez certaines espèces bisannuelles, cette aptitude est liée à leur capacité de fleurir au printemps, quand elles détectent des températures ambiantes plus clémentes. Des recherches sur certains types de cresson ont permis de montrer que l’exposition au froid durant l’hiver provoque des changements structuraux dans la chromatine, qui réduisent les gènes de la floraison au silence. Ces gènes sont réactivés au printemps lorsque les journées plus longues et plus chaudes deviennent propices à la reproduction.
source

L'épigénétique est par ailleurs un très gros espoir pour la lutte contre le cancer :
Quand les gènes sont gérés correctement, les cellules sont maintenues dans le droit chemin, mais quand ils agissent mal à propos, ils induisent chez ces cellules un comportement antisocial. Des changements dans le comportement de deux types d’enzymes épigénetiques, les Histones Acétyl Transferases (HAT) et les Histones Dé-acétylases (HDAC), semblent jouer un rôle dans le développement de nombreux cancer en induisant l’allumage d’un mauvais groupe de gènes. Le rajustement de l'équilibre HDAC/HAT constitue une stratégie anti-tumorale prouvée et a mené au développement d’une famille de médicaments appelées les inhibiteurs de HDAC (HDACI), qui sont actuellement en tête de liste des anticancéreux.
source


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 24 Juil 2012, 04:03 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Juil 2012, 00:55
Très intéressant =o ça explique pas mal de choses!
Et j'aime beaucoup la définition de Jenuwein: poétique est simple à comprendre =)
Après je ne m'y connais pas assez pour voir toute l'étendue de cette découverte...


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 28 Mars 2013, 00:49 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Mars 2013, 17:55
Localisation : Paris 20
En fait, si je comprends bien, c'est la réalité (l'expérience) qui modèle la vie, et non pas le contraire ? Un argument supplémentaire pour prétendre que la vie, c'est beau. Ou qu'en tout cas, que c'est sacrément bien fichu.

ça me fait penser au régime alimentaire, par exemple... La croyance généralement est de penser que certains aliments sont "mauvais" pour l'organisme, ce qui d'une certaine façon soumet l'esprit au corps.

J'ai vu pourtant l'inverse, le mental faire "plier" le corps, par le fait d'absorber quantité de "mauvais" ingrédients (sucre, gras, alcool, etc, etc) : par ce travail, l'organisme finit par s'adapter et mobilise toutes ses ressources pour transformer tous ces éléments... le corps finit par se modifier. Vraiment. Et dans ce cas, le corps est au service de l'esprit.

Bon, je ne sais pas si je suis très clair, mais je suis heureux de cette avancée dans le domaine de la découverte scientifique.

_________________
" Il y a de nombreuses pistes, dans cette vie, mais peu d'hommes sont capables de suivre celle qui compte le plus... même des hommes comanches. C'est la piste du véritable être humain."


Haut
 Profil  
 
Message Publié : 28 Mars 2013, 01:17 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Déc 2009, 22:28
Les liens que j'avais donné il y a trois ans sont encore bons, sauf celui vers le replay d'Arte. :/

John Carter a écrit :
En fait, si je comprends bien, c'est la réalité (l'expérience) qui modèle la vie, et non pas le contraire ?


Oui l'environnement modifie le comportement des gènes. En épigénétique on parle donc de l'inné mais aussi de l'acquis.
Ce site à l'air pas mal aussi et reste assez compréhensible :
http://www.mysciencework.com/fr/MyScien ... ironnement

Citation :
En conclusion, le contrôle épigénétique de l’expression des gènes est un paramètre essentiel, qui vient en fait consolider une décision prise par la cellule, suite à un signal perçu. (...) Chez les mammifères, il joue un rôle crucial dans le bon déroulement du développement embryonnaire et permet la différenciation des types cellulaires. L’hérédité des mutations épigénétiques a été démontrée chez les insectes et les plantes. (...). Nous constatons que l’épigénétique, bien qu’étant une discipline récente, a énormément progressé. C’est un domaine très prometteur en terme de compréhension du vivant mais aussi en terme de développement de nouvelles thérapies, notamment grâce à la réversibilité des modifications épigénétiques.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de :
cron

Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisUtiliser phpBB avec un certificat SSL